C’est en taillant la pierre

que l’on découvre

l’esprit de la matière.

– Brancusi

Solo de fil incline par Anne-Lise Allard :
Une fable sur la vie et le temps qui passe…

Un personnage entre en scène, un peu informe comme son bloc d’argile, il se met en mouvement et nous entraine dans un voyage à travers la matière, à travers les âges…

Primitif et brut, il s’attaque à la glaise, la frappe, la martèle, la cogne pour finalement la caresser, la modeler et faire apparaitre des formes… une tête, un regard, un corps …

De là ouvrir une voie sur le fil. La pente est là, pas raide mais présente… elle demande l’effort… elle appelle le sommet… y parvenir et se découvrir autre… se transformer…

Se jouant de la matière naturelle, du mouvement animal, du costume et de la mue… le spectacle grimpe et glisse sur ce simple fil incliné.
La danse à la fois animale et humaine joue avec le modelage, le masque et le déguisement, l’ascension et la glissade dans une pièce courte qui parle à toutes et tous d’où qu’il se trouve.

Se tenir sur les épaules des gens et voir plus loin. Voir dans l'invisible. A travers l'espace et à travers le temps. Voir en nous. Au plus profond de nous. Voir que nous ne cessons de nous transformer tout au long de notre existence. Nous sommes en permanence en train de changer, d'évoluer, en train de renaître. Et en cela, nous partageons avec l'ensemble du monde vivant cette étrange propriété qui a donné son nom à ce que nous appelons NATURE, Nature, littéralement « ce qui est en train de naître , ce qui est en permanence en train de naître.

Jean-Claude Ameisen

L'équipe de création

Auteure/Interprète : Anne-Lise Allard
Mise en scène : Pierre Tallaron
Production/Diffusion : Sébastien Lhommeau / Eric Paye

Crédits

Photos : Alexandre Lopez